voiture-formule-e

Ferrari en Formule E ? Peut-être dans quelques années

Les constructeurs d’automobiles s’étaient assemblés au championnat de FIA Formula E. Embrassant l’occasion de présenter à leur direction les opportunités de la propulsion électrique. Et, aussi peu susceptible qu’elle peut sembler, Ferrari pourrait s’intéresser à cette nouvele perpective.

Selon Autosport, le constructeur d’automobiles italien considérerait une entrée dans la formule E. Vraisemblablement à côté de son programme central de Formule 1. Mais seulement dans certaines conditions et seulement quelques années en bas de la route.

« J’ai luté pendant longtemps avec Ferrari afin de penser à l’idée de développer un modèle de Formule E. » a dit Sergio Marchionne pendant une conférence téléphonique de revenus de publication trimestrielle. « Si elle devait se produire elle se produirait dans quelques années. Mais c’est possible. »

Des discussions au sein de Ferrari

Le Président de Ferrari a identifié deux points de désaccord comme descendant aux échanges de voiture de mi-course et au développement de châssis. Mais chacun des deux ces conditions ont pu être remplies, à un certain degré, dans les années à venir.

Un ePrix (pendant que les courses des séries se nomment) implique actuellement de permuter des voitures au milieu de la course parce que les batteries ne sont pas assez puissantes pour durer la distance entière. Ceci pourrait, cependant, changer quand la prochaine génération des paquets de batterie. (actuellement étant développé par le rival principal McLaren de Ferrari) Enfin elle sera mise en application pour la saison de 2018/19.

Ces paquets de batterie sont néanmoins installés sur le châssis. Développé et construit par Dallara et technologie de emballage d’étincelle, les châssis eux-mêmes ne sont pas ouverts pour la modification. Les organisateurs de série encouragent des équipes à se concentrer sur une gamme de élargissement des composants de powertrain.

Des composants électriques pas encore adaptés pour les véhicules de Ferrari

Cela ne semble pas s’adapter à Ferrari, qui a une quantité d’expertise à appliquer sur développer son propre châssis. À l’extrémité, bien que, le niveau croissant de la flexibilité dans le développement de powertrain pourrait par la suite s’avérer assez pour que Maranello obtienne à bord. S’il faisait, ce serait le premier constructeur d’automobiles exotique pour écrire la série. A côté des marques de la meilleure qualité comme Audi et Jaguar, des fabricants de volume comme Renault et Mahindra et des entreprises de la spécialité EV comme l’avenir et le Venturi de Faraday.

Ferrari en Formule E ? Peut-être dans quelques années
5 (100%) 1 vote

Commenter cet article

Votre adresse mail ne sera pas publiée..


*