roue-de-secours

Les kits de réparations de secours n’attirent pas les entreprises

Selon une enquête, il y a peu d’attrait pour le kit de réparation. 70% des véhicule des flottes automobiles privilégient la roue de secours en cas de crevaison ou d’accident pneumatiques. En retenant que les systèmes alternatifs soient peu conciliables avec une utilisation des autos.

Les entreprises qui disposent d’une flotte de voitures n’ont pas de doutes : à bord de leurs machine il doit y être absolument une roue de secours. Le 70%, selon un relevé mené pour le compte de Centro Studi Continental dans le cadre de l’enquête conjoncturelle mensuelle sur les flottes d’entreprise réalisée de Centro Studi Auto Aziendali. Retient en effet que les systèmes alternatifs comme le kit de gonflages sont peu conciliables. Avec une utilisation des autos d’entreprise en conditions de complète efficacité.

Positif aux effets de la sécurité il est certainement le fait qui le 93% des entreprises consultées prévoit le montage des pneus d’hiver en alternative aux chaînes. Ce qui constituent une solution maintenant décidément dépassée. Seulement le 1% des flottes ne prévoit pas par contre le montage d’hiver. Pendant que le 6% le contemple seulement pour quelques typologies de véhicules. Seulement le 34% prévoit cependant que les correct gonflages des couvertures. Et leur état d’usure soient viennent systématiquement et à des échéances rapprochées et pas seulement dans les interventions d’entretien programmé.

Il faut vérifier la pression des pneus régulièrement

Comme il est connu, la pression des pneus doit être vérifiée au moins chaque 15 jours. Toujours avant un long voyage ou après une période particulièrement prolongée de il s’arrête de la voiture. À l’occasion du contrôle de la pression, si on nous tourne à un monteur de pneus spécialisé. Il faut vérifier de l’absence de coupes, d’abrasions ou autres dommages aux pneus elle est ensuite une procédure de routine qui peut éviter des conséquences même très sérieuses.

Mais même une pression gonglée de qui ne respecte pas les valeurs indiquées sur le livret d’entretien de l’auto a des conséquences négatives. Si la pression est très elevée il diminue le tenue de route. S’il est bas augmente pas seulement l’usure du pneumatique. Mais même la consommation de carburant et avec ceci les émissions de CO2.

Des campagnes de sensibilisation vont êtres mises en place

De relevés échantillons exécutés en différentes occasions émerge qu’elle est très élevée. Il reste un grand pourcentage d’automobilistes qui voyagent avec des pneus insuffisamment gonflés. Cette situation doit être évitée surtout de quel il emploie des autos d’entreprise et parcourt beaucoup de kilomètres. Selon Centro Studi Continental, les gérants de flottes d’entreprise devraient donc dérouler une adéquate action de sensibilisation parmi leurs chauffeurs pour qu’ils fassent contrôler régulièrement la pression des pneus même à de hors des interventions d’entretien programmé.

Commenter cet article

Votre adresse mail ne sera pas publiée.


*